Home » Les enseignements » Histoire-Géographie » Travail sur la résistance

PASS SPORT 2023-2024

LE COLLEGE RECRUTE

février 2024
L M M J V S D
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
26272829  

Travail sur la résistance

21/02/2012

Des élèves de troisième rencontrent des résistants

 

 

Les élèves de 3ème B, C, D et G ont eu la chance d’écouter les témoignages de quatre résistants au collège. Chacun d’entre eux s’est présenté de façon succincte avant de laisser la parole aux élèves dont les questions furent nombreuses et diverses. Plus qu’un cours d’histoire, il s’agissait avant tout d’une rencontre humaine. Pour la première fois, ces élèves étaient en contact avec des acteurs de l’Histoire. Nous remercions Max DAUPHIN, René CLÉRIAN, Yvonne ANFOUX et Maurice FEY de venir chaque année nous aider à expliquer cette page de l’Histoire à nos élèves. Voici ce qu’Estelle MASQUELIER et Marie FERRERO, élèves de 3ème C, ont retenu de cette rencontre.

M. GUYON.

 

Lors de la réunion du 13 février 2012, nous avons eu la chance de rencontrer quatre résistants de la Seconde Guerre mondiale :

–          Maurice FEY, résistant parisien, travaillait dans des usines avant la guerre,

–          Max DAUPHIN, résistant dans la zone libre, apprenti charcutier avant la guerre, à 16 ans il postait des tracts dans les boites aux lettres après le couvre feu puis à 18 ans il est entré dans la marine nationale,

–          René CLÉRIAN, résistant dans la zone libre,

–          Yvonne ANFOUX, résistante dans la zone libre, boulangère avant la guerre, elle récupérait le matériel largué par avion la nuit.

Les premiers résistants et les premiers maquis du Var se sont créés à Sainte-Maxime, ils ont été délogés par des GMR (Groupes Mobiles de Répression). La Résistance dans la zone occupée était plus compliquée que dans la zone libre, et encore plus dans les grandes villes. Les résistants ne connaissaient que 3 autres membres de leur groupe, ce qui permettait en cas d’arrestation de ne pas pouvoir dénoncer tout le réseau. La peur de se faire prendre par les Allemands était permanente, si un résistant était arrêté, il pouvait être torturé mais dans tous les cas il était obligatoirement tué. Les résistants avaient pour ordre de ne pas parler pendant les premières 48 heures après leur arrestation pour permettre aux autres de se mettre à l’abri. Lorsqu’on apprenait l’existence d’un « collabo » il était tué par les résistants.

Les Français entraient dans la Résistance car ils n’avaient pas assez de liberté et ils refusaient le STO (Service du Travail Obligatoire, les hommes étaient envoyés de force en Allemagne pour travailler et ce pour une durée indéterminée à partir de 1943). La plupart du temps la famille des résistants n’était pas au courant de leurs actions pour la Résistance. Lorsqu’on s’engageait dans la Résistance on ne pouvait plus la quitter. Comme les maquis les plus importants étaient rapidement pris, ils étaient  composés en moyenne de 6 personnes.

Durant la guerre les voitures étaient interdites aux civils, les résistants étaient donc obligés de marcher des centaines de kilomètres à pied ou  de se déplacer à vélo comme Maurice Fey.

Les Allemands réquisitionnaient une grande partie de la nourriture, ce qui causait une pénurie, alors un système de tickets de rationnement distribués par les mairies a été mis en place mais souvent il manquait quand même de la nourriture. C’est à cause de cela que le marché noir se développait, on y vendait de la nourriture à des prix beaucoup plus élevé.

Les journaux étaient tous dirigés par les Allemands, la radio était le seul moyen libre que les Allemands n’arrivaient pas à complètement stopper c’est d’ailleurs grâce à cela que le général de Gaulle a pu faire son discours du 18 juin 1940 sur les ondes de la BBC. Ce discours a tout de même été publié dans le journal « Le petit provençal ».

Tous les résistants présents durant la réunion dénonçaient le fait que seulement quelques personnes faisaient des actes pour la Résistance mais qu’après la guerre des centaines de personnes se revendiquaient résistants alors qu’ils n’avaient rien fait de concret pour délivrer la France des nazis. Max Dauphin a également  participé à la guerre en Indochine, où des atrocités ont été commises comme l’assassinat d’infirmières de la Croix Rouge dont il a retrouvé les cadavres.

 

Estelle MASQUELIER

 

Le lundi 13 Février 2012 nous avons eu un entretien avec quatre résistants. Parmi eux il y avait trois hommes et une femme. Il y avait Maurice FEY, Max DAUPHIN, René CLÉRIAN et une Yvonne ENFOUX. Chacun d’entre eux nous a raconté son histoire et nous a donné son  avis sur la Résistance. Tous ces anciens résistants sont à peu près âgés de 90 ans.

Max DAUPHIN est entré en  Résistance à l’âge de 16 ans. Pour commencer il a distribué des tracts. Il mettait les tracts dans son vélo et se baladait de villages en villages pour distribuer les papiers dans les boîtes aux lettres. Il devait sortir de chez lui après le couvre-feu pour que personne ne le voie et pour que personne ne le dénonce.

René nous a dit que nous étions dans un collège qui porte le nom d’une vraie et grande résistante qui s’est bien battue « Berty ALBRECHT ». Il nous a dit aussi que c’est à Sainte-Maxime qu’il y a eu le premier maquis.

Les résistants que nous avons vus, travaillaient presque tous au moment de la guerre. Yvonne était boulangère, René se préparait au métier de boucher. Mais lors de la Résistance ils ont du changé leurs habitudes et leur mode de vie.  Leur famille ne voulait pas qu’ils fassent de la Résistance car c’était trop dangereux .Il arrivait que la famille du résistant ne soit pas au courant ou que seul un des membres de la famille le soit.

Pendant les actes de Résistance, ils avaient en permanence peur du danger, peur de se faire arrêter. Mais aucun des quatre ne s’est fait arrêter. Quelque soit les lieux ou la situation ils se posaient toutes sortes de questions. Lorsque que l’on était  résistant si l’on se faisait arrêter c’était la mort assurée.  Comme nous l’ont expliqué les résistants il était possible de se faire torturer. Les tortures étaient douloureuses et horribles.

Max nous a expliqué que la nourriture était rationnée et qu’il avait droit seulement à 1500 calories par jour or le nombre moyen de calories pour un être humain est de 2700 calories par jour. Max DAUPHIN nous a fait passer un ticket de rationnement pour nous montrer comment était organisé le système.

A l’heure d’aujourd’hui les résistants pensent toujours à cette époque de leur vie. Ils ne pourront jamais oublier cette période qui les a marqués. Ils nous ont dit que leur mode de vie a bien changé et n’est plus du tout le même.

Marie FERRERO.

EduConnect

Cliquez sur l’image pour télécharger les explications.

https://teleservices.education.gouv.fr

COLLEGES DU VAR

Orientation

Aller au contenu principal